UE: baisse des investissements dans les énergies renouvelables

renewable

Les investissements dans les énergies renouvelables sont en baisse en Europe, ont déploré dimanche des experts de l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (Irena), précisant qu’ils se sont situés sous les 60 milliards de dollars en 2015, en baisse de 18%.

« La faiblesse continue de l’économie européenne (a provoqué) une baisse significative des investissements », a déclaré Michael Taylor, expert financier de l’Irena, lors de la deuxième et dernière journée de l’assemblée générale de cette organisation intergouvernementale à Abou Dhabi.

« L’Europe se fait dépasser par les Etats-Unis », a-t-il ajouté, précisant: « La Chine continue d’investir également » (+17%, à 111 milliards de dollars).

Selon des données de l’Irena, les investissements pour réduire les émissions de gaz à effet de serre ont atteint 329 milliards de dollars l’an dernier. Des sommes record, en hausse de 4% par rapport à 2014, mais qui restent toujours insuffisantes pour réaliser la transition énergétique et la décarbonisation du secteur.

Selon une étude réalisée par l’Irena, porter à 36% la part des énergies renouvelables à l’horizon 2030 augmenterait le PIB mondial de 1,1%, soit quelque 1.300 milliards de dollars. La croissance des emplois dans le secteur, plus rapide que dans celui des énergies fossiles, pourrait permettre de passer de 7,7 millions d’emplois à 24 millions d’ici 2030.

Or le développement des énergies renouvelables est encore freiné par une série d’obstacles. « Dans de nombreux marchés, des obstacles historiques telles les subventions des énergies fossiles (…) persistent » et « il va falloir les éliminer », a déclaré Rachel Kyte, représentante spéciale du secrétaire général de l’ONU.

En marge de l’assemblée de l’Irena, le gouvernement d’Abou Dhabi a annoncé dimanche l’attribution de 46 millions de dollars de prêts pour financer quatre projets dans les énergies renouvelables à Antigua et Barbuda, au Cap Vert, au Burkina Faso et au Sénégal.

Ces projets solaires, éoliens et de désalinisation sont financés à 50% et font partie du troisième cycle d’une initiative commune entre le Fonds de développement d’Abou Dhabi (ADFD) et l’Irena. Ils portent les investissements de l’ADFD à 350 millions de dollars ces sept dernières années.

Articles similaires

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz
Scroll Up