Business halal, « un créneau porteur pour les PME/PMI », selon le président du Cdes

 

Dans la recherche d’une croissance économique pour la réduction de la pauvreté et d’atteindre à l’horizon 2025, les objectifs du millénaire fixés par la communauté internationale, les pays africains sont en quête perpétuelle de solutions. En ce sens, le Sénégal, sur la base de son référentiel économique « le Plan Sénégal émergent », prône dans son axe premier, « Transformation Structurelle de l’Economie et Croissance », la Promotion et le Développement des PME.

C’est dans cette optique, a affirmé aujourd’hui, le président du Conseil des entreprises du Sénégal, Babacar Diagne que « nos Etats ont décidé de se pencher sur le business halal ». En effet, expliquant que les études révèlent que « le marché alimentaire du halal représente 20% des échanges alimentaires mondiaux et il est estimé à presque 670 milliards de $US avec une croissance annuelle impressionnante de 15% », il a argué que c’est un fort potentiel à saisir par le marché sénégalais. Touchant l’ensemble de ce que l’on nomme les « produits islamiques », le business halal qui porte sur la mode, la cosmétique, l’artisanat entre autres domaines d’intervention, constitue surtout, selon M. Diagne du Cdes, « un véritable atout pour les PME/PMI. D’où l’importance de s’interroger dès lors sur les déterminants de l’émergence d’un business halal dans les PME/PMI, notamment les contraintes et facilités dans le financement ». Car, attire-t-il l’attention, «le Sénégal, étant un pays majoritairement musulman, et vu les secteurs d’activités qui répondent aux normes du halal, il faut signaler dès lors que le « business halal » devient un créneau porteur pour les PME/PMI ».

 

Articles similaires

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz
Scroll Up