CARTES D’IDENTITE,  PASSEPORTS ET  PERMIS DE CONDUIRE : Pas moins de 100 milliards encaissés par des structures étrangères

 

 

L’union nationale des indépendants du Sénégal (UNIS) dénonce la mauvaise gestion du secteur numérique et sa vampirisation par les groupes étrangers.   Dans un  communiqué rendu public, l’entité  fait état de  marchés sur les cartes d’identité, les passeports et les permis de conduire qui permettront à ces groupes étrangers d’encaisser pas moins de 100 milliards pour des services qui peuvent être réalisés par des structures nationales.
C’est à la limite une gestion gabégique du secteur numérique  que l’Unis a dénoncé à travers le  secteur de la téléphonie qui est contrôlé presque entièrement par des sociétés d’intérêt étranger. « Les enjeux  financiers, de sécurité et de contrôle dans ce secteur sont suffisants pour que nous en gardions un contrôle national.  Le secteur génère des bénéfices déséquilibrés par rapport à son caractère de service public. C’est le cas  avec  Huawei et le réseau de l’Etat. Nous avons accepté de confier la construction du réseau de l’Etat à des sociétés sans  transfert de technologie, nous plaçant ainsi dans une dépendance dangereuse, préjudiciable à notre sécurité nationale. L’ADIE reste une structure inutile. Elle vient encore d’avaliser une autre phase de près de 55 milliards, encore sur emprunt. Au total plus de 150 milliards ont été empruntés et dépensés sans résultat conséquent », regrette l’Unis.
Pis, l’Unis attire l’attention sur le fait que presque tous les systèmes informatiques de l’Administration  en réalisation sont  confiés aux groupes étrangers. (Trésor, Finances, Impôts et la plupart des départements sectoriels).   Ils évoquent le cas d’ATOS  pour dire que cette société n’a rien investi au Sénégal  et va se retrouver à la tête du secteur des services numériques, grâce à un marché de 8 milliards du ministère de l’Economie, des Finances et du Plan  (sur prêt de la banque mondiale).
Ils affirment également que  Korea Telecom, une entreprise de la Corée du Sud n’a pas réalisé sa promesse de réaliser un parc  technologique à Dakar mais, finira probablement par se faire payer 30 milliards avec ATOS pour réaliser le parc des technologies numériques sur emprunt de l’Etat. « Les Sénégalais s’endetteront encore pour enrichir ces sociétés ».

Articles similaires

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz
Scroll Up