Le Ghana renonce finalement à l’émission d’un eurobond d’un milliard de dollars Seth Terkper, ministre des Finances.

Le Ghana a renoncé à l’émission d’un eurobond d’un milliard de dollars qui étaient initialement prévu la semaine prochaine en raison du taux élevé exigé par les investisseurs, a annoncé le ministère des Finances dans un communiqué rendu public le 4 août. «Le gouvernement continuera à surveiller les marchés en vue de relancer l’émission au moment opportun», a ajouté le ministère dans son communiqué publié à l’issue de rencontres avec les investisseurs tenues à Londres et à New York.

Les investisseurs avaient exigé, à cette occasion, des rendements plus élevés que ceux proposés par Accra, rappelant que le gouvernement a déjà dépassé ses objectifs  en ce qui concerne le déficit budgétaire. Durant les cinq premiers mois de 2016, le déficit budgétaire a en effet atteint 2,5% du PIB contre un objectif initial de 2,2% du PIB. La monnaie ghanéenne, le Cedi, s’est, quant à elle, dépréciée de 4,8% par rapport au dollar depuis le début de l’année en cours.

Le gouvernement ghanéen avait annoncé, le 2 août, l’émission d’un eurobond d’un milliard de dollars en vue de financer le déficit budget 2016 et de refinancer une partie de la dette du pays. Cette émission avait été approuvée en décembre 2015 par le Parlement et son produit devait être utilisé à hauteur de 750 millions de dollars pour financer le déficit budgétaire et à raison de 250 millions de dollars pour refinancer un eurobond précédent qui arrivera à maturité en 2017.

Après une croissance de son PIB d’environ 7,5% par an cours de la décennie 2003-2012, grâce notamment à d’importantes exportations d’or, de cacao et de pétrole, ce pays d’Afrique de l’Ouest a commencé à connaître des difficultés économiques depuis 2013 en raison de l’incapacité des autorités à contenir l’inflation, du déficit budgétaire et du ratio dette-PIB. Ce pays d’Afrique de l’Ouest avait alors signé un accord de 918 millions de dollars en 2013 avec le Fonds monétaire international (FMI), dans le but de restaurer ses équilibres budgétaires.

En octobre 2015, la Ghana a dû payer cher pour son troisième eurobond. Le taux de cet emprunt d’une maturité de 15 ans avait en effet culminé à 10,75%.

Agence Ecofin

Articles similaires

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz
Scroll Up