TRAFIC ILLICITE DU BOIS AU SENEGAL : Le ministre de l’Environnement annonce des sanctions beaucoup plus alourdies contre  les exploitants délinquants

 

Le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Abdoulaye Baldé a indiqué, dimanche à Keur Mbouki (Kaffrine), que le nouveau code forestier en cours de révision va alourdir les peines et sanctions liées au trafic illicite de bois.

« L’option du Gouvernement est de combattre ce phénomène jusqu’à son éradication, particulièrement dans la partie sud du pays », a souligné le ministre de l’Environnement et du Développement durable qui présidait la cérémonie officielle de la 33-e édition de la Journée nationale de l’arbre dans la commune de Keur Mbouki.

« Au niveau de la loi ou sur le plan institutionnel, nous sommes en train de réviser le code forestier, nous allons criminaliser et alourdir les sanctions liées à l’exploitation illicite du bois », a-t-il déclaré.

« Il n’y aura pas de répit tant que ce trafic illicite du bois ne s’arrête pas particulièrement en Casamance. Nous sommes aussi détermines que les délinquants que nous allons continuer à traquer, à détruire les outils d’exploitation illicite du bois des clandestins », a-t-il affirmé.

Abdoulaye Baldé a souligné que c’est ce qui justifie « l’option de l’Etat de brûler les matériels de coupe abusive des délinquants saisis par nos agents ».

Aussi, sur un autre registre, il a fait savoir qu’il y aura un « recrutement de plus de 400 agents des Eaux et forêts et des Parcs nationaux pour renforcer les effectifs’’.

Le thème de cette 33-e édition est : « Promouvoir une économie forestière génératrice de revenus pour les populations locales et créatrice d’emplois verts dans l’esprit des objectifs de développement durable ».

Articles similaires

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz
Scroll Up