BREXIT: Ça se sent déjà chez les consommateurs 

 

Les premiers fruits amers du Brexit commencent à tomber. Et ce sont les consommateurs qui en souffrent les premiers.

On l’attendait et c’est arrivé. Deux mois après l’entrée en vigueur du Brexit, les consommateurs commencent à en subir les premiers effets. Entre le vote en faveur du Brexit et aujourd’hui, la devise a chuté. En deux mois, le livre sterling a perdu entre 10 et 15% de sa valeur face à l’euro ou au dollar. Une baisse qui impacte directement sur les sociétés anglaises, surtout actives dans l’export. Pour ne pas subir seules les foudres, elles répercutent les surplus sur les prix des denrées. Par exemple, Peugeot, le constructeur français d’automobile, a augmenté au début de ce mois de 2% en moyenne les tarifs de ses voitures Peugeot, Citroën et DS. Le groupe informatique Dell a également augmenté le prix de ses composants, libellés en dollars, et le groupe britannique Headlam a fait de même avec ses moquettes et autres revêtements de sols pour la maison importés des Pays-Bas et de Belgique. Pendant ce temps, le secteur de l’alimentation marquée par les importations subit les mêmes conséquences. Selon des informations, le panier moyen aurait augmenté de 1% au mois de juillet.

Articles similaires

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz
Scroll Up