Economie : La Commission de l’ONU pour l’Afrique lance la nouvelle génération de profils pays à Dakar

Le 26 mars à Dakar, la Commission économique des nations d’unies pour l’Afrique (CEA) va procéder au lancement de la deuxième génération des Profils Pays africains. Une collecte de données statistiques devant permettre de connaitre la situation économique et sociale d’une vingtaine de pays du contient. A cette occasion, des recommandations seront faites après la publication de rapports sur les performances économiques de nombreux Etats africains.

Sont conviés à cette deuxième édition qui va se tenir dans la capitale sénégalaise, en marge de la Semaine pour le Développement de l’Afrique du 23 – 28 mars 2017, vingt-deux pays du continent africain dont l’Algérie, l’Angola, le Burundi, le Cap Vert, le Tchad, la République Centrafricaine, Djibouti, Nigeria, la Somalie, l’Afrique du Sud, le Swaziland et la Tunisie.

A cette occasion, des rapports seront présentés au public sur les performances économiques des Profils Pays qui ont fait l’objet d’études menées par la CEA. Il s’agit d’une collecte d’informations qui s’explique fondamentalement par le besoin de disposer de données statistiques pour faire le profilage de chaque situation socio-économique et les performances dans des domaines tels que l’intégration régionale ou la lutte contre l’exclusion des pays africains.

Pour une meilleure prise de décisions

Cet exercice qui à terme, va permettre une meilleure prise de décisions pertinentes en vue d’engager et amplifier les transformations structurelles de l’économie des pays concernés, nécessite une étroite collaboration entre les institutions nationales et régionales engagées dans la production et la collecte de données. Une fois collectées, ces données statistiques seront analysées puis intégrées dans les processus de prise de décisions politiques.

A titre indicatif, l’année dernière à Yaoundé, au Cameroun, suite à la publication des rapports de la CEA sur l’économie africaine de 2016, des perspectives d’améliorations ont été formulées au profit des pays étudiés.
Parmi les recommandations formulées l’année dernière, le besoin de stabilité et d’appui international pour la République centrafricaine, une révolution énergétique au Cameroun, la facilitation des services de transport rapide au Congo et la promotion d’un tourisme de haute qualité ainsi qu’un système solide de financement interne au profit du Sao Tome & Principe, de quoi encourager le besoin de transformation structurelle en Afrique porté par le CEA.

Comme lors de cette précédente édition, des recommandations seront faites ce 26 mars à Dakar, probablement, sur la crise politique en République Démocratique du Congo, la famine qui menace l’Afrique de l’Est, les zones de la région du lac Tchad et du Nigéria, entre autres.
(Source : afrique.latribune.fr)

Articles similaires

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz
Scroll Up