Prix de la Femme africaine de l’année 2017 en Politique et Fonctions Publiques :Mme Amina J. Mohammed, Secrétaire générale adjointe de l’ONU, lauréate des Trophées du New African Woman

D’après un communiqué parvenu à notre rédaction, le Prix de la Femme africaine de l’année 2017 en Politique et Fonctions Publiques a été décerné, à Madame Amina J. Mohammed, Secrétaire générale adjointe de l’ONU. Et cette distinction a été reçue, en son nom, par M. Mabingué Ngom, Directeur régional pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre de l’UNFPA, Fonds des Nations Unies pour la Population, au cours de la cérémonie de remise des Trophées du New African Woman, à l‘occasion d’un dîner de gala et à la veille du Forum du New African Woman, organisé par le magazine panafricain bi-mensuel, New African Woman, initiateur de cet événement.

« Les trophées du New African Woman « rendent hommage aux femmes africaines d’exception, ayant apporté une contribution importante à leur pays et, plus largement, au continent, dans les 12 derniers mois. » Choisies dans 12 catégories, 68 femmes de référence étaient donc nominées aux Trophées New African 2017. Parmi celles-ci, Mme Amina J. Mohammed, Secrétaire générale adjointe de l’ONU, la première femme à se présenter aux élections présidentielles en Somalie, Fadumo Dayib, la doyenne de la transition démocratique en Gambie, Fatoumata Jallow-Tambajang, l’auteure nigériane Chimamanda Ngozi Adichie, la Sud-Africaine Caster Semenya, médaillée d’or olympique, et sa compatriote Thuli Madonsela, ancienne Médiatrice de la République », note la source.

D’après la source, un jury indépendant a désigné la lauréate de chaque catégorie.

La source souligne que la Femme africaine de l’année 2017 en Politique et Fonctions Publiques, a été décerné à Mme Amina J. Mohammed pour son distingué parcours et services rendus auprès des Nations Unies, du gouvernement nigérian et du secteur privé. Elle a été nommée Secrétaire Générale adjointe de l’ONU par le Mr Antnio Gutterres, Secrétaire Général de l’ONU, en décembre 2016, et elle est la deuxième femme africaine à être nommée à ce poste.

« Au cours de sa prestation de serment, elle a réitéré son engagement à veiller à ce que personne ne soit laissé pour compte, à s’attaquer aux obstacles liées au genre et à la « nécéssité d’autonomiser les jeunes – en tant qu’agents pour la paix et le développement». Elle a précédemment dirigé les discussions et les négociations mondiales sur la planification du développement post-2015 en tant que Conseillère spéciale de l’ancien Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon. Dans ce rôle, elle a agi comme le lien entre le Secrétaire général, le Groupe de Personalités de Haut niveau (HLP) et le Groupe de travail ouvert de l’Assemblée générale (OWG), entre autres parties prenantes », renseigne le document susmentionné.

Toujours d’après la source, avant d’entrer au service de l’Organisation des Nations Unies, Mme Mohammed a servi l’État nigérian, sous trois gouvernements successifs, en tant que Conseillère spéciale sur les objectifs du Millénaire pour le développement. Et sa mission a notamment consisté à faire des recommandations sur les questions relatives à la lutte contre la pauvreté, à la réforme du secteur public et au développement durable, et à coordonner des programmes d’un budget annuel de 1 milliard de dollars en faveur de la réalisation desdits objectifs.

D’après la source, Mme Amina J. Mohammed accumule tout le long de son parcours un engagement continu en faveur des personnes défavorisées. Et elle a commencé sa carrière dans le secteur privé, où elle a géré, aux côtés d’architectes et d’ingénieurs, des projets de construction d’établissements scolaires et médicaux et de bâtiments publics.

« Mme Mohammed a également été Maître de conférences en pratique du développement à l’Université Columbia. Elle est membre de nombreux conseils et comités consultatifs internationaux, dont le Groupe de haut niveau chargé du programme de développement pour l’après-2015 établi par le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, le Groupe consultatif d’experts indépendants sur la révolution des données pour le développement durable, le Global Development Program de la Fondation Bill et Melinda Gates, l’Initiative du millénaire des femmes africaines, Girl Effect, le comité créé en 2016 aux fins de la réforme de l’Union africaine et le projet d’ActionAid International sur le droit à l’éducation », mentionne-t-on dans le document.
Le document rappelle que le Prix de la Femme africaine de l’année 2017 en Politique et Fonctions Publiques a été décerné, à Madam Amina J. Mohammed, pour son leadership et ses réalisations, et dont le parcours inspire les générations actuelles et futures des femmes africaines.

« Les Trophées et le Forum New African Woman, dont la première édition a eu lieu à Londres, en mars 2016, sous le thème « Changeons la donne », sont nés « de la même ambition que celle qui a mené au lancement du magazine New African Woman, il y a neuf ans: faire connaître, partager et représenter les questions liées aux femmes, de manière audacieuse et positive, en partant du principe que les femmes sont indispensables à la croissance de l’Afrique, et rendre hommage aux femmes qui contribuent au changement », note-t-on dans le document.

Articles similaires

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz
Scroll Up