Cacao : le Ghana se fixe un objectif de production de 1,5 million de tonnes par an

Le Ghana ambitionne d’atteindre une production annuelle de cacao de 1,5 million de tonnes par an. Un grand défi annoncé officiellement par le président du Conseil du cacao à la Conférence sur les engrais et les agro-industries de l’Afrique de l’Ouest, alors que les décideurs en charge du secteur doivent encore mettre en place une série de mesures pour atteindre cet objectif.

Les dirigeants ghanéens affichent de grandes ambitions pour leur secteur de cacao. Le pays compte atteindre une production annuelle de 1,5 million de tonnes, a-t-on appris auprès du Conseil ghanéen du cacao (Ghana cocoa board, COCOBOD). Hackman Owusu-Agyemang, le président du COCOBOD, qui s’exprimait à l’ouverture officielle de la Conférence sur les engrais et les agro-industries de l’Afrique de l’Ouest (10-12 juillet), les dispositions et mesures nécessaires sont déjà prises afin de satisfaire à cette ambition.

Il s’agit par exemple du paiement du prix du producteur rémunérateur ou encore de la replantation dans les fermes de cacao excédentaires. Toutefois, Agyemang a avoué qu’une étude menée par une équipe d’experts a conclu que le pays ne pouvait atteindre les 1,5 million de tonnes que dans quatre ans.
En effet, en avril dernier, Joseph Aidoo le directeur du COCOBOD avait annoncé que la production du cacao du pays atteindrait les 882 175 tonnes cette année. Ce qui est déjà une amélioration par rapport aux volumes de 2016 avec un rendement de 780 000 tonnes, représentant quelque 30% des recettes d’exportations et 7% du PIB du Ghana
Selon Aidoo, ce progrès est le fruit d’une série de nouvelles mesures entreprises par le COCOBOD en vue de renforcer la sécurité des frontières, afin d’éviter toute sortie illégale du cacao ghanéen.

Une faible contribution au PIB

Le défi d’atteindre une production de 1,5 million de tonnes de cacao par an s’insère dans la grande stratégie du Ghana de se positionner comme leader de l’industrie agroalimentaire en Afrique de l’Ouest.

Depuis près d’une décennie, Accra a mis en place un programme de subventions dans ce sens qui vise à promouvoir l’utilisation des engrais pour stimuler le rendement des cultures. Arrivé au pouvoir l’année dernière, le nouveau président Nana Akufo Addo et son gouvernement ont gardé le même cap, avec en sus de nouveaux objectifs pour maintenir les investissements dans le secteur agricole.

Les décisions de l’équipe Akufo Addo sont surtout motivées par les chiffres alarmants du secteur qui affiche depuis quelques années une tendance baissière quant à sa contribution au PIB : près de 30% en 2010 à 21,5% en 2014 et 19% en 2015. Source de revenus pour 44,7% de la population ghanéenne, le secteur agricole est aujourd’hui la priorité des priorités dans le pays.
(Source : http://afrique.latribune.fr)

Articles similaires

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz
Scroll Up