Tourisme : Smithsonian Institution veut aider le Bénin à renforcer son offre

Le gouvernement béninois vient de signer ce mercredi 12 juillet un protocole d’accord avec la Smithsonian Institution pour le développement de l’offre touristique et culturelle du pays. Un projet qui entre dans le cadre du programme « Bénin Révélé » initié en décembre 2016 par le président Talon. Détails.

Le gouvernement béninois vient de signer un protocole d’accord avec l’organisation américaine basée à Washington, la Smithsonian Institution, spécialisée dans les domaines de la culture et la gestion des musées.

Le protocole d’accord signé mercredi 12 juillet aux Etats unis, ouvre la voie à une future collaboration visant à renforcer l’offre touristique et culturelle du pays africain. Malgré son potentiel touristique, le Bénin reste toujours une destination méconnue en Afrique. Grâce à son expertise dans le domaine, l’organisation américaine s’engage à accompagner le Bénin qui veut faire du tourisme un levier de développement économique.

« Le secteur serait actuellement exploité à seulement 2 à 5% de son potentiel. Le Bénin a pourtant marqué l’histoire du monde. Berceau du vaudou, il abrite notamment les reliques de l’ancien Royaume de Dahomey ainsi que l’ancien port d’esclaves de Ouidah, qui a vu près de deux millions d’hommes quitter le continent après avoir été vendus aux pays occidentaux », explique José Pliya, directeur de l’Agence Nationale de promotion des Patrimoines et de développement du Tourisme.

Faire du tourisme un secteur de développement économique

La signature de ce protocole d’accord s’inscrit dans le cadre de la politique béninoise du tourisme dont « l’objectif est non seulement d’accroître et améliorer l’offre touristique, promouvoir le tourisme, mais aussi renforcer les capacités managériales du secteur du tourisme » dans le pays, selon les autorités béninoises.

Cet accord fait également suite aux récentes annonces de financement par la Banque Mondiale pour le secteur du tourisme comme le confirme une note de la présidence béninoise. L’engagement financier de l’institution financière internationale est estimé à 50 millions de dollars sur cinq ans.
Dans ce même sillage, est né également un partenariat entre African Parks et le gouvernement béninois visant à protéger et développer le Parc National de la Pendjari, dernière grande réserve animalière d’Afrique de l’Ouest.
(Source : http://afrique.latribune.fr)

Articles similaires

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz
Scroll Up