Attentat au Burkina Faso : au moins un Français et un Turc tués, discordances autour du mode opératoire

Nuit meurtrière à Ouagadougou, après une attaque perpétrée contre un café-restaurant la nuit du 13 août. Un attentant qui n’a toujours pas été revendiqué et qui aurait causé au moins 18 morts et une dizaine de blessés. Les autorités revendiquent la mort de 2 assaillants, alors que le déroulé de l’attaque reste flou. Selon les premières informations, au moins un ressortissant français et un citoyen turc auraient perdu la vie lors de cette attaque.

Les autorités burkinabés ont annoncé la « fin » des opérations des forces de sécurités contre les assaillants présumés d’un café-restaurant de Ouagadougou. Selon le ministère de la Communication, des opérations de « quadrillage et de vérification des maisons avoisinantes » seraient toujours en cours. Lors d’un point de presse, Remis Dandjinou, ministre de la Communication a avancé un bilan de 18 victime et la « neutralisation » de 2 terroristes.

Attaque non revendiquée

L’attaque contre un café-restaurant de la capitale burkinabé, qui a eu lieu dans la soirée du dimanche 13 août a également fait une dizaine de blessés. Bien qu’aucune revendication n’a été faite pour cette attaque, les autorités privilégient la piste d’une attaque djihadiste.

Selon les autorités locales, des personnes se trouvant dans le restaurant au moment de l’attaque auraient été « retenues » par les assaillants, dont une partie aurait été relâchée.
Pour l’heure, les détails de cette attaque restent flous. L’établissement a été attaqué vers 21h, heure locale, après que 3 hommes arrivés à bord d’un 4×4 aient ouvert le feu sur les clients assis en terrasse du café, généralement fréquenté par une clientèle étrangère selon les récits de témoins. Du côté des forces de sécurité, les premières remontées d’information ont démenti la piste du 4×4 en évoquant 3 à 4 assaillants à moto.

Selon les premières informations, au moins un ressortissant français et un citoyen turc auraient perdu la vie lors de cette attaque. L’attaque aura duré de 21h à 5h du matin, les assaillants ayant décidé de se retrancher dans l’immeuble abritant le café-restaurant. Ce qui a obligé les éléments de la Gendarmerie à ratisser l’immeuble, étage par étage, soit 8 heures d’opération avant que les forces de sécurités n’établissent le contact et ne neutralisent les assaillants. A l’heure où nous mettions cet article en ligne, les autorités n’évoquent plus 4 mais 2 assaillants.

Un mode opératoire qui se répète

Ironie du sort, le restaurant Aziz Istanbul situé non loin de l’aéroport de Ouagadougou se trouve à 200 m du café Cappucino. Un établissement qui a également été pris pour cible dans une attaque semblable le 15 janvier 2016. Revendiqué par Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), cette attaque avait causé la mort de 30 personnes et 71 blessés, en majorité étrangers.

Frontalier du Mali et Niger, le Burkina Faso est dans le collimateur des groupes djihadistes présents au Sahel depuis 2015, particulièrement au Nord du pays. En décembre 2016, une douzaine de soldats burkinabé avaient été tués dans une embuscade. Une situation qui a poussé Ouagadougou à réaffirmer la nécessité de lutter contre le terrorisme le 18 juillet dernier avec son voisin ivoirien, lui aussi touché par une attaque en 2016.
(Source : http://afrique.latribune.fr)

Articles similaires

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz
Scroll Up