Maroc: la hausse des taux de rendement sur les titres publics pourrait doper le secteur de l’assurance vie

(Agence Ecofin) – Les taux d’intérêt sur les titres publics, après la courbe descendante de 2016, ont connu une hausse sur le marché primaire au cours du premier trimestre 2017, apprend-on du rapport de statistique sur la politique monétaire publié par la banque centrale marocaine pour la période s’achevant au 20 juin.

Les taux sur les obligations à 10 et à 15 ans, affichaient à la fin mars 2017, des niveaux respectifs de 3,27% et 3,87% sur le marché primaire. C’est moins bien que les taux de 3,6% et 4% que ces produits financiers rapportaient au deuxième trimestre 2015, mais c’est bien mieux que le plus bas qu’ils ont atteint fin 2016.

Cette embellie des taux survient dans un contexte où l’inflation continue de reculer au Maroc, offrant une incitation supplémentaire pour les produits financiers à rendement fixe. Reste à savoir si cette nouvelle tendance haussière se poursuivra tout au long de l’année 2017.

Les seuls deux indicateurs récents disponibles à ce niveau, sont les taux sur le marché primaire, des bons du trésor à 5 ans, qui au mois d’avril ont affiché un recul, partant par exemple de 2,8% au terme du premier trimestre, à 2,7% à la fin du mois d’avril.
Les assureurs, notamment ceux qui offrent les services d’assurance-vie, suivront avec beaucoup d’attention, cette évolution sur le marché marocain des titres souverains. On a pu noter, en effet, que les taux de rendement (l’intérêt net des investisseurs) des différentes obligations publiques ont continué de baisser, comparés au quatrième trimestre 2016. Or en 2016, cette situation de baisses des taux sur les obligations à long terme du gouvernement, ont eu un impact négatif sur les sociétés d’assurances.

Cela a entraîné en 2016, une augmentation des rachats de contrats pour près de 5,9 milliards de dirhams, en hausse de 67%.
Le segment le plus exposé à la situation est celui de l’assurance-vie, qui a besoin d’investir sur des produits de long terme. Selon des données des professionnels du secteur au Maroc, 2/3 de leurs investissements sont effectués sur ces obligations de long terme, et une baisse des rendements ne peut être une bonne chose.

Articles similaires

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz
Scroll Up