Infrastructures : la Zambie reçoit 134 millions de dollars de Standard Chartered

Le gouvernement d’Edgar Lungu vient de recevoir un prêt de 134 millions de dollars de la Standard Chartered, dans le cadre du financement des infrastructures. Cette nouvelle enveloppe octroyée par la banque d’affaires britannique devrait permettre d’avancer sur une bonne partie des 70.000 km du réseau routier de ce pays d’Afrique australe. Détails.

Pour le gouvernement d’Edgar Lungu qui ploie sous le poids de sa dette extérieure (7,4 milliards de dollars) au point de courtiser le Fonds monétaire international pour une perfusion financière de 1,3 milliards, le prêt de la Standard Chartered vient à point nommé.

La Zambie, habituée aux prêts de Standard Chartered

La banque britannique vient d’octroyer à la Zambie, un prêt de 134 millions de dollars pour le financement de l’infrastructure routière dans le pays, comme l’annonce l’agence Bloomberg. Il faut dire que le gouvernement zambien est habitué à frapper à la porte de la banque britannique.
Bien avant cette enveloppe qui servira à bitumer plusieurs routes dans le cadre des grands.

chantiers d’investissements publics du gouvernement, Standard Chartered a octroyé pas moins de cinq prêts d’un total de 296 millions de dollars au cours des six premiers mois de l’année en cours
Un appui financier auquel il faut ajouter les 450 millions de dollars de prêt syndiqué octroyé par la même banque lors du premier semestre de l’année écoulée. L’enjeu est de taille pour le pays qui a décidé de lancer ces dernières années des projets de restauration des infrastructures routières pour désenclaver les zones rurales.

Une répartition de l’enveloppe qui profite plus aux grands axes

D’après la Banque mondiale qui avait octroyé au pays, en mai dernier, un prêt de 200 millions de dollars, plus de la moitié des 7,5 millions de Zambiens vivent isolés dans des zones difficiles d’accès par route.

La conséquence de cette situation pour le deuxième producteur mondial de cuivre, la population essentiellement paysanne rencontre d’énormes difficultés pour le transport des produits agricoles. Une situation qui touche également les entreprises extractives de minerais qui comptent les jours pour acheminer les matières premières.

Pour remédier à cette situation, le gouvernement d’Edgar Lungu a lancé un large plan d’investissement dans le secteur des infrastructures routières. Mais bien souvent, les projets sont concentrés sur les grands axes du pays au détriment des routes rurales qui pourrait booster l’économie locale.
(Source :http://afrique.latribune.fr)

Articles similaires

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz
Scroll Up