Mansour Kama, président de la CNES à la 13 ème session du CPI : «Monsieur le président de la République, le secteur privé estime que vous ne dialoguez pas suffisamment avec lui »

En marge de la 13 ème session du Conseil Présidentiel de l’investissement (CPI), tenue ce lundi 20 novembre 2017, M. Mansour Kama, président de la confédération nationale des employeurs du Sénégal (CNES) a interpelé le chef de l’Etat en lui disant que le secteur privé estime qu’il ne dialogue suffisamment avec lui.

« En effet, c’est mon devoir de te dire monsieur le président de la République, notre dialogue s’est beaucoup appauvri sans que nous sachons pourquoi. Monsieur le président de la République, le secteur privé estime que vous ne dialoguez suffisamment avec lui. Si les partenaires politiques ont du mal à se parler, votre secteur privé vous demande à dialoguer en attendant que vous vous retrouviez. La croissance économique sénégalaise s’améliore. Il s’agit simplement pour nous d’alerter et d’attirer l’attention de notre Etat sur les risques qui naissent de la marginalisation de l’entreprise nationale. Le secteur privé apprécie grande vos efforts », a affirmé M. Mansour Kama durant son discours.

Le président de la CNES estime qu’il y a des récriminations venant de votre secteur privé qui demande à être entendre pour une meilleure prise en compte dans les marchés publics et les grands projets.
D’après le patron de la confédération nationale des employeurs du Sénégal (CNES), le conseil présidentiel de l’investissement est un vieux cadre de dialogue entre l’Etat et le secteur privé par rapport les réformes entreprises mais aussi de l’actualité qui demande de la réactivité de la part de tous les acteurs.
« C’est un moment rare de dialogue entre le président de la république et les acteurs du privé, qui concerne en grande partie le climat des affaires. Le secteur privé a adhéré à votre nouvelle stratégie de développement le Plan Sénégal Emergent devenu un référentiel de la politique économique. Nous partageons avec le président, la volonté d’engager notre pays sur une voie qui permet d’inscrire le Sénégal sur une trajectoire de développement », dixit M. Kama.
Le président de la République, dans sa réponse, souligne : « Je suis très surpris d’apprendre que le dialogue n’existait plus entre le secteur privé et le gouvernement .Au lendemain de la journée nationale de concertation, je vous avais indiqué très clairement que le dialogue national ne saurait se limiter au dialogue politique.

Macky Sall estime que la 13 ème session du conseil présidentiel d’investissement lui donne à nouveau l’occasion d’exprimer à tous les acteurs de la vie économique de la nation, la satisfaction de sa reconnaissance aux engagements constants au service du développement de notre pays. Toujours selon lui, il lui permet d’apprécier la qualité de nos performances mais surtout l’ampleur des défis à relever sur le chemin pour l’émergence.

Le chef de l’Etat souligne que le conseil président est ainsi la boussole économique qui nous indique la voie à emprunter afin de bâtir ensemble une prospérité durable fondée sur une croissance forte économique et inclusive.
« Le Sénégal est redevenu attractif car nous avons su renouer avec la compétitivité et cela explique d’ailleurs la confiance renforcée de nos partenaires techniques et financiers grâce aux importantes initiatives. Notre croissance économique est projetée à 7% en 2018. Il reste du chemin à faire pour atteindre le véritable développement », renchérit le Président de la République.

Articles similaires

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz
Scroll Up