Pour lutter contre la migration irrégulière : L’Italie en appui avec des programmes de développement

L’Agence Italienne pour la Coopération au développement (AICS) a organisé un point de presse sur son programme sous régional sur la migration irrégulière intitulé « Choisir en toute connaissance : ce qu’on laisse, ce qu’on trouve ».Ainsi l’Italie par le biais de l’agence pour la coopération italienne, appuie les initiatives de lutte en proposant des programmes de développement.

D’après M. Francesco Paolo Venier, Ambassadeur d’Italie à Dakar, le but de leur rencontre, c’est d’expliquer aux gens le danger du départ mais c’est surtout celui de : « choisir en toute connaissance ». La nature du projet, c’est la création d’emploi et participer au développement. Et la journée est organisée pour évaluer l’impact tout en donnant aux bénéficiaires les pistes de travail.

Quant à Mme Amy Mbacké de la Direction générale des Sénégalais de l’extérieur /Ministère des affaires étrangères, elle avance : « Depuis le mois de janvier, on a fait amener 1200 sénégalais, 1200 jeunes migrants sur instruction du Président de la République et avec l’aide nos partenaires techniques et financiers. La migration ne date pas d’aujourd’hui. L’Etat a toujours mis en place des politiques de lutte contre le chômage mais la quête d’un meilleur avenir, pousse toujours les jeunes à tenter les migrations dangereuses. On va s’atteler à ce que ces jeunes restent au Sénégal, travaillent la terre, poursuivent les études ».

Rappelons que c’est dans le cadre de son programme « Initiative d’urgence en faveur des réfugiés, des migrants et des populations vulnérables – AID10733 », l’Agence italienne pour la coopération au développement (AICS) vient de terminer un projet d’urgence régional portant sur 5 pays : Mali, Sénégal, Gambie, Guinée Conakry et Guinée Bissau.
D’après les initiateurs du projet, il s’agissait, avec le soutien d’associations de la diaspora basées en Italie, d’aider, à travers sept projets mis en place par des ONG italiennes dans les pays cités précédemment, à réduire les causes principales de la migration irrégulière par l’amélioration des conditions de vie des habitants des zones à haut potentiel migratoire et de venir en aide aux migrants, aux déplacés et aux réfugiés, et ce, par le biais d’actions multisectorielles spécifiques de développement local, de création d’emploi, de développement agricole, de résilience et d’accès aux services de base.

« Au Sénégal, des campagnes d’information ciblées ont été réalisées, notamment un programme de radio hebdomadaire, « Foo Jem », d’une durée de 5 minutes avec comme sujet principal la valorisation d’expériences de réussite au niveau local et un programme de cinéma itinérant, « Cinémarena » visant à sensibiliser les populations sur la migration irrégulière à travers des projections cinématographiques dans plusieurs villages du Sénégal suivi par des débats publiques », renseigne le document de presse.

Articles similaires

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz
Scroll Up