Technologies de l’information et de la communication : le privé des TIC appelé à prendre en main la transformation digitale du Sénégal

La transformation digitale du Sénégal est un secteur ouvert. Les privés Sénégalais sont appelés à prendre le lead de la transformation digitale du Sénégal. L’invite a été faite par Antoine Ngom, président de l’Organisation des professionnelles de technologies de l’information et de la communication (Optic) au cours d’une journée de réflexion entre les membres du secteur privé opérant dans les Tic et leur ministre de tutelle, M. Abdoulaye Bibi Baldé.

Le secteur privé des Tic doit prendre beaucoup d’initiatives et indiquer au public la voie à suivre. Ce secteur privé des TIC DOIT jouer pleinement son rôle dans l’économie du pays. Capitalisant 14 ans d’existence l’Organisation des professionnelles de technologies de l’information et de la communication (Optic) se dit être en mesure d’assurer les premiers rôles. Pour y parvenir, le président d’OPTIC a listé une kyrielle de goulots d’étranglement à résoudre au préalable. D’après lui, les autorités doivent trouver une solution définitive pour le dossier Tigo qui au centre d’une confrontation entre MILLICOM et WARI.

Le privé des TIC aimerait également voir la part réservée au numérique dans le fonds du service universel passer de 20 à 80%, comme l’avait instruit le président de la République. Pour y parvenir, M. Ngom estime que c’est la gouvernance de ce fonds qui devrait être remis à plat.Sur cette lancée, le privé des TIC souhaite la mise en place d’un observatoire de la commande publique pour l’ouvrir aux entreprises sénégalaises.

Compte tenu des ambitions que s’est fixé le Sénégal pour parvenir à la transformation digitale du pays, les membres d’OPTIC recommandent le renforcement des capacités de leur ministère de tutelle. Ils veulent également la mise en place d’un comité de pilotage pour la Stratégie Sénégal 2025 et débuter enfin un canal de dialogue avec le régulateur qu’est l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (Artp).  La responsabilité du secteur privé dans cette nouvelle dynamique a été pris en compte. Selon M. Ngom, le secteur privé gagnerait à se rassembler pour être plus devant les défis qui l’interpellent.

Présent à la rencontre Le ministre en chargé du secteur a pris bonne note ces recommandations du secteur privé et a rappelé la place importante qu’occupe le numérique dans le Plan Sénégal Emergent (Pse) avec l’ambition de porter sa part dans le PIB à 10%, à l’horizon 2025.En plus, avec la Stratégie Sénégal 2025, l’objectif est de porter à plus de 12% la contribution du secteur numérique aux recettes budgétaires de l’Etat.Pour y parvenir, un environnement favorable pour l’expansion du secteur est plus que nécessaire, M. Baldé juge opportun la mise en place d’un cadre juridique et institutionnel adéquat ,des mécanismes financiers adaptés et une fiscalité assouplie.

 

Articles similaires

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz
Scroll Up