Afrique: La recette d’Evelyne TALL pour le financement des femmes entrepreneures africaines

La banquière sénégalaise, Evelyne Tall, qui a occupé d’éminentes fonctions à la holding Ecobank, dévoile sa recette afin de venir à la rescousse des femmes porteuses de projets. Une niche à forte croissance qui mérite d’être structurée, organisée et encadrée. L’égérie qui dirige une structure de conseil et de stratégie E & Parteners théorise « la finance utile ».

Interpellée par nos confrères du site économique LEJECOS, en marge d’un panel récemment tenu à Dakar dans le cadre du Women’s Entrepreneurship Day, la présidente et fondatrice de la société E & Parteners explique que « la finance utile c’est de pouvoir, à travers des levers de fonds doux, pas trop chers, aider les femmes entrepreneurs, s’en servir comme levier et les aider à augmenter leur capacité à passer l’étape de PME-PMI ».

Son engagement s’explique par le fait que les femmes éprouvent d’énormes difficultés à s’organiser pour se financer, afin de monter sur l’échelle de l’émergence. Pourquoi devenir des championnes dans leurs pays respectifs et dans leurs secteurs. La structuration et l’organisation de ces futures championnes passent essentiellement par un incubateur de plateforme d’informations afin de les mieux outiller.

Evelyne Tall compte ainsi s’appuyer sur l’expérience capitalisée au fil de sa carrière dans diverses sortes de financement qu’elle maitrise tels que les banques, les fonds d’investissement, le crowfunding. Ce qui l’a permettrait d’être à l’intersection de tous ces secteurs pour apporter à ces femmes un appui en capacity bulding, en appui institutionnel, et les aider à avoir du réseautage, décrypte LEJECOS visité par Confidentiel Afrique.

« Les femmes ne sont pas très fortes dans le réseautage. Un linkage de réseautage va pouvoir les exposer et peut être créé et les pousser à peser dans l’économie de leur pays, leur sous-région » reconnaît Evelyne TALL.
Pour y parvenir, estime-t-elle, qu’il faut d’abord régler le problème de l’éducation en maintenant les femmes à l’école. Plus loin, Mme Tall met le doigt sur l’éducation financière.
A son avis, beaucoup de femmes ont des projets ingénieux mais qui souffrent d’un manque d’informations. « Si on peut leur apporter ça dans un panier, choisir ce qu’il faut pour elles, les aider dans leur stratégie, nous le ferons avec détermination », assure-telle.

Optimiser la cagnotte de 21 milliards de dollars abandonnée

Avec cette nouvelle option, on apprend davantage sur les raisons qui, en partie, ont poussé Evelyne Tall a anticipé sa retraité à Ecobank. Une banque qu’elle a quittée avec un sentiment du devoir accompli mais aussi une volonté de faire bénéficier son expérience à la population toute entière.
« Comme toute personne dans la vie, on pense plus à ce que l’on peut apporter à la société qu’à un projet de carrière. Donc j’ai décidé de quitter avant ma retraite. Le prolongement naturel de ma carrière c’est dans la finance et une des urgences c’est la finance utile ».
A Ecobank, de ses débuts en 1998 au 31 janvier 2017, date de sa démission anticipée, Evelyne Tall a occupé des responsabilités pas des moindres et dont la dernière était celle de directeur général adjoint.
Elle a été responsable des opérations dans 232 pays d’Afrique, responsable de la gouvernance et du contrôle interne, directeur général adjointe d’Ecobank Mali, Directeur général d’Ecobank Sénégal, directeur de la zone UEMOA avec le Cap-Vert.
Confidentiel Afrique avec LEJECOS

Articles similaires

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz
Scroll Up